Wednesday, November 30, 2011

Afternoon at Hillwood House

To celebrate Thanksgiving, and for a change of scenery, I headed down to our nation's capitol.  On my list of things to do was to visit Marjorie Merriweather Post's estate in north DC called Hillwood. Marjorie Merriweather Post (188 -1973) was the daughter of C.W. Post who invented a coffee substitute called Posties as well as Grape Nuts.  At the time of his death, when she was 27, she inherited $20 million dollars which is something like over a $100 million dollars in today's money.  Suffice it to say, girlfriend didn't have to clip coupons.  Although she could have spent the rest of her life counting her money, Marjorie was a shrewd businessman. She served on the board of her father's company The Postum Cereal Company,  which he'd founded in 1895.  With her second husband, E.F. Hutton (anyone remember those commericals, "When E.F. Hutton talks, people listen?), she developed a wider range of products including Birdseye.  The company eventually became the General Foods Corporation in 1929.

In the 1950's Marjorie Merriweather Post bought Hillwood House, which she extensively renovated.  It's now home to her large collection of French and Russian decorative arts.  The web-site has an awesome orientation video.which you can watch here  The house is gorgeous, but it is not easy to find, let me tell you. I got lost along the way, and ended up almost in Maryland! However, I did manage to find the Politics and Prose bookstore which was also on my list of places to visit.  After I managed to turn myself around, I finally got to the museum but with only an hour to look around before it closed for the day.  So I quickly headed over to the Adirondack House on the property to see the Wedding Belles exhibition.

The exhibition features not only all 4 of Marjorie Merriweather Post's wedding dresses, to husbands Edward Bennett Close (who later remarried, Glenn Close is his granddaughter), E.F. Hutton, Joseph Davies, and Herbert A. May, but also her mother Ella Merriweather's dress, and the wedding dresses of her daughters Adelaide, and Eleanor Close and Nedenia Hutton (the actress Dina Merrill). It's amazing to see how not only fashion, but wedding fashions have changed since the 19th century.  Back then, very few women wore white wedding dresses unless they were rich, most women like Ella Merriweather wore an afternoon dress, something that they could wear again. The exhibit also features the flower girl and bridesmaids dresses worn by Dina Merrill as a child.

I had enough time after the Wedding Belles exhibition to visit the main house. During her third marriage, her husband Joseph Davies became the second American ambassador to the Soviet Union.  During that time, Marjorie acquired many valuable works of art from the Soviets.  Not just decorative arts but paintings and photographs of the Russian Tsars.  I don't think I've ever seen so many portraits of Tsar Nicholas II as I did at Hillwood House, not to mention some fabulous portraits of Catherine the Great and Empress Alexandra.  There are also several Faberge eggs, Sevres porcelain, French furniture, tapestries, and many, many Russian icons.


This little beauty is what Princess Alexandra of Hesse wore at her wedding ceremony to Tsar Nicholas II in 1894.  The crown consists of bands of diamonds sewn into velvet-covered supports and surmounted by a cross of six large, old mine-cut diamonds.



This small brooch was most likely made soon after Tsar Nicholas and Tsaritsa Alexandra’s wedding. On it, Alexandra wears a headpiece and jewels similar to the ones in the couple’s wedding portraits. Nicholas is depicted in the uniform of the Life-Guard Hussars Regiment that he wore at the wedding.





These objects are part of a large dressing table set from the dowry of Grand Duchess Ekaterina Mikhailovna, a niece of Tsar Nicholas I. Commissioned for her wedding to the duke of Mecklenburg-Strelitz in 1851, this set reflects the tradition of grandiose objects produced in the eighteenth century deemed indispensable to the ceremonial acts of grooming and dressing.




The museum houses more than 16,000 objects that Post collected over the years.  I definitely want to go back in the spring when the garden is in full bloom.  The estate covers 25 acres of land, including the main house, the cafe, the dacha, the Adirondack house, the Butler's house, etc.  Hillwood was just one of Marjorie Merriweather Post's estates.  Mar-a-lago, her estate in Palm Beach, was bought by Donald Trump and turned into an exclusive club.  It originally had 115 rooms! She also owned Camp Topridge in the Adirondacks as well as a home in Brookville, NY which she sold to Long Island University for $200,000.  It is now the C.W. Post Campus of LIU.

What I loved about Hillwood was that it still felt like a private home. Interspersed amongst all the art work and expensive furniture are tons of family photographs and portraits.  I could just imagine Marjorie Merriweather Post sweeping down the staircase in an evening gown to greet her guests at some swanky party that she was hosting. However, one of the best parts of the visit, was wandering through the gift shop and seeing my book, Scandalous Women perched between Leslie Carroll's Royal Pains and Kris Waldherr's Doomed Queens!

If you are ever in Washington, DC, I encourage you to visit Hillwood House.  You won't regret it!

Tuesday, November 29, 2011

Guest Blogger Debra Brenegan on The Remarkable Life of Fanny Fern

Scandalous Women is pleased to welcome author Debra Brenegan to the blog today to talk about Fanny Fern, once one of the highest paid columnists in the United States, making $100 a week way back in 1855.

Talk about a scandalous woman! Fanny Fern helped define the term. And the sad thing is that most people have never heard of her. I had never heard of her either until one day, in graduate school, I took a nineteenth-century American Literature class with a professor who told me, “I know a writer you’re just going to love.” This writer, Fanny Fern, wasn’t on our reading list that semester, so, he added her book, Ruth Hall, to the reading list of a course I took with him the next semester. And, he was right – I adored her!

Fanny Fern was the highest-paid, most-popular writer of her era. She served as a literary mentor to Walt Whitman, earned the respect of Nathaniel Hawthorne and was friends with Harriet Beecher Stowe. Fern’s personal life was a rollercoaster of highs and lows. She was widowed, escaped an abusive second marriage, and then married a third man, eleven years her junior.

I became so interested in Fern and her amazing life that I started writing papers about her. I applied for and got a graduate school fellowship to visit Fern’s archives at Smith College in Massachusetts. As I learned more about Fanny Fern, I couldn’t stop telling people about her. And people were amazed with her rags-to-riches story. They couldn’t believe that they had never heard of her. When it came time to write my dissertation, I combined my interest in creative writing, literature and Women’s Studies to write a historical novel about this forgotten journalist, novelist and feminist. I wanted everyone who hadn’t heard of Fanny Fern to learn about her; I wanted to bring her back to life.

That dissertation became my first published book, the historical novel Shame the Devil (SUNY Press). My book tells the remarkable and true story of Fanny Fern (the pen name of Sara Payson Willis). Well ahead of her time, Fern (1811-1872) scrabbled in the depths of poverty before her meteoric rise to fame and fortune. She penned one of the country's first prenuptial agreements and served as a nineteenth-century Oprah to her hundreds of thousands of fans. Her weekly editorials in the pages of the New York Ledger over a period of about twenty years chronicled the myriad controversies of her era and demonstrated her firm belief in the motto, "Speak the truth, and shame the devil."

You can learn more about Fanny Fern, her life, and the book Shame the Devil on my website: http://www.debrabrenegan.com/.

Have you ever heard of Fanny Fern? If you haven’t (and many people haven’t), why do you suppose that is?

Sunday, November 27, 2011

UNE DÉFAITE AMÈRE MARQUÉE PAR UN COUP VICIEUX DE PACIORETTY QUI POURRAIT HYPOTHÉQUER LA SAISON DU CANACHIEN...


Advenant une longue suspension de Max Pacioretty, (ce dont je doute...) pour son coup de coude vicieux à l'endroit de Kristopher Letang hier soir (voir vidéo ci-dessous), la saison des CHaudrons de Mourial pourrait être pas mal hypothéquée après une défaite crève-coeur de 4 à 3 contre Pittsburgh...  Un seul trio du torCHon fonctionne présentement, et Pacioretty en fait partie (avec Cole et Desharnais).  Cependant, si le joueur fautif des CHieux devait s'en tirer avec deux ou trois parties de punition (on le saura demain, après sa rencontre avec le comité de discipline de la NHL) le Caca ne fera que perdre des matchs qu'il a coutume de perdre sur la côte ouest américaine.  Sur le but gagnant des Penguins en prolongation, Letang est venu tourner le fer dans la plaie de ses adversaires en faisant d'abord perdre la rondelle à Price, avant de la loger dans le but derrière lui.  Scary avait le gant au-dessus du disque, mais il a négligé de le "geler" comme il faut.  Hal Gill (-3 en plus de 4 revirements commis) a eu beau se plaindre avec véhémence à l'arbitre en lui reprochant d'avoir trop tardé à siffler l'arrêt de jeu, il n'en reste pas moins que le défenseur géant de la CHiasse n'a pas fait son job puisqu'il n'a pas protégé son gardien contre deux joueurs des Pens qui ont bel et bien vu "la noire" libre sous le gant de Scary.  En brisant son bâton sur sa cage et en le lançant ensuite en direction des officiels, le cerbère bipolaire des Cannes à CHien mériterait d'être au moins mis à l'amende pour sa conduite anti-sportive.  Price perd souvent son calme et le contrôle de ses nerfs cette saison, contrairement à l'an passé.  Pas bon signe pour son club de broches à foin qui se fie entièrement sur lui afin de gagner suffisamment de parties pour s'en tirer à bon compte et réussir à faire les séries par la peau des dents.  Mais la magie de Scary n'opère plus depuis le début de la présente campagne.  Le premier à en être frustré est Price lui-même.  Il a beau se débattre comme un diable dans l'eau bénite, les résultats ne sont pas à la hauteur des attentes des fefans.  Pas de miracles possibles quand tes coéquipiers te laissent trop fréquemment tomber...




Avec un jeu de puissance (?) qui n'a pas rapporté un seul but au cours des dix-huit dernières opportunités, la pression devient insupportable pour Price, qui n'a jamais de "coussin" ou d'avance assez confortable à protéger.  Hier, le trio de Desharnais a obtenu 15 des 27 tirs au but de la CHnoutte.  Plekanec (-3), Gionta (-4 et constamment dans les moins ces derniers temps) et Cammalleri n'ont encore rien foutu de bon.  Les Penguins ont lancé pas moins de 65 fois au filet défendu par Price.  Ce dernier en a stoppés 38, ses coéquipiers 23.  Il y a des limites à ce que peut faire Scary.  Il réussit à éviter des massacres au CH mais il donne aussi de mauvais buts sur une base régulière.  Chose qu'il ne faisait pratiquement pas l'an dernier.  Les Pens sont les meneurs au classement et ils comptent plusieurs joueurs-étoiles, mais le système défensif des Canailliens leur donne souvent du mal, en particulier dans la métropauvre.  Néanmoins, ils sont parvenus à infliger au CHicolore une 9e défaite en 13 matchs à domicile.  Pour les joueurs d'une petite équipe reconnue pour être une gang de "homers", c'est loin d'être brillant !  Après le même nombre de matchs la saison dernière (24), les nuls de Jacques "big ears" Martin avaient accumulé sept points de plus (31 soit une différence de 23%) au classement.  Ils avaient marqué autant de buts (60 contre 61 cette année) mais ils en avaient alloués seulement 47, soit 13 de moins (22%) que cette saison (60).  La force relative du club de 2010-11 (système défensif et son gardien) est devenue sa faiblesse en 2011-12.  Les Diaz, Emelin et Weber (-3 hier) ne sont pas assez efficaces tandis que Subban, Spacek et Gorges sont sur-utilisés par rapport à ce qu'ils peuvent faire.  Le retour au jeu de Markov aidera l'attaque à cinq, mais on sait qu'il est très mou dans sa zone et autour de son filet.  On va continuer de s'ennuyer de Hamrlik, un des trois joueurs qui, on s'en rappelle, avait été impliqués dans le scandale des escortes et des bouteilles de vodka fournis par un membre de la pègre moronréalaise.  De ces trois lurons, et de leurs semblables ayant trempé dans des histoires d'agressions sexuelles et de beuveries, il ne reste que Andrei Kostitsyn avec l'équipe.  Ce dernier a bien tout tenté pour se faire sortir de la métropauvre, mais...peine perdue !  Cependant, ses voeux pourraient être exaucés si ça continue à mal aller pour la Sainte Guenille et que Pierre Gauthier appuie sur le bouton de panique (pas son genre toutefois, mais le président du club, Geoff Molson, pourrait inciter son DG à bouger et à se servir de AK46 comme monnaie d'échange pour obtenir un joueur pas nécessairement meilleur mais au moins plus travaillant)...




Bref, le moment de vérité approche pour les CHieux.  Si des clubs comme Floride et Toronto continuent à surprendre agréablement, le temps et les victoires vont se mettre à manquer aux CHaudrons, dans cette première moitié de saison au cours de laquelle ils font normalement provisions de points au classement pour sauver leur peau de justesse en seconde demie quand les matchs se corsent et deviennent bien plus durs à gagner.  Fait rare qu'il faut souligner à grands traits de crayon, les fefans ont enfin fait preuve de classe en accueillant Sidney Crosby de belle façon à son entrée sur la patinoire du Centre PouBell.  Une fois n'est pas coutume...  En attendant le verdict dans le cas de Pacioretty, dont la gravité du geste commis contre Letang ne fait aucun doute, les fefans vont mal dormir et vont trembler dans leur froc...  À moins qu'ils croient que le retour du messie, (Markov, pas Jésus Christ) va régler tous les problèmes de la CHiasse.  Pacioretty a fait des excuses à Letang quand celui-ci est revenu au jeu au début de la période de prolongation.  Et comme l'a si bien écrit Stendhal dans son célèbre roman "Le Rouge et le Noir" : «Qui s'excuse s'accuse».  Si seulement Shanahan, le préfet de discipline de la LNH, connaissait cette parole remplie de vérité et de sagesse...  Il pourrait aussi revoir les images de Pacioretty, captées par les caméras de télévision, nous montrant l'attaquant du CH assis au banc des joueurs, le visage contrit et coupable, laissant échapper un "fuck" en réalisant l'ampleur de la bêtise qu'il vient de commettre en frappant illégalement Letang à la tête...                  

Saturday, November 26, 2011

Scandalous Movie Review: My Week with Marilyn

Cast

Michelle Williams as Marilyn Monroe
Kenneth Branagh as Sir Laurence Olivier
Eddie Redmayne as Colin Clark
Judi Dench as Dame Sybil Thorndike
Emma Watson as Lucy
Dougray Scott as Arthur Miller
Dominic Cooper as Milton H. Greene
Julia Ormond as Vivien Leigh
Derek Jacobi as Sir Owen Morshead
Zoë Wanamaker as Paula Strasberg
Richard Clifford as Richard Wattis
Philip Jackson as Roger Smith
Simon Russell Beale as Admiral Cotes-Preedy

Directed by: Simon Curtis
Written by Adrian Hodges based on the memoirs of Colin Clark
Produced by David Parfitt, Harvey Weinstein, The Weinstein  Company and BBC Films



Synopsis: In the summer of 1956, and 23 year old Colin Clark is looking for a job as an assistant on a film.  He talks his way into a job working as the 3rd Assistant Director on the British film of The Prince and the Showgirl (based on the The Sleeping Prince by Terrence Rattigan), starring Knight of the British theatre Laurence Olivier and American film star Marilyn Monroe, who is also on honeymoon with her new husband, playwright Arthur Miller. Things on the set start rocky and get worse as Marilyn's insecurities get the best of her.  Olivier is frustrated by her lateness and her dependence on her acting coach Paula Strasberg, wife of Method guru Lee Strasberg. When Arthur Miller leaves the country to do some work, Marilyn begins to rely on Colin to keep her company.  Olivier tells Colin to do anything to make Marilyn happy and get her to the set on time. Colin, who of course falls immediately under Marilyn's spell, introduces her to th wonders of British life as they spend a week together, during which time she escapes from the pressures of work. But the idyll has to end, leaving Colin sad but happy with his memories of the magical time that he spent with Marilyn.

My thoughts:  I read Clark's memoirs when they first came out back in the 1990's on a trip to England. Like many people, I've been fascinated with Marilyn Monroe since childhood. I've read pretty much every book ever written about her, her combination of sexuality and vulnerability has rarely been duplicated by any actress. So when I heard that they were making a movie out of the book, I had my misgivings.  Does anyone remember the HBO movie where Ashley Judd and Mira Sorvino shared the role of Marilyn, Ashley played the pre-nose job, pre-blonde Marilyn as a tough cookie, while Sorvino played the later Marilyn.  It didn't really work, and I've avoided biopics about Marilyn ever since.  Still, I couldn't help but wonder, especially given the cast that had been assembled for the film.  The movie premiered at The New York Film Festival but I wasn't not paying $50 to see the film.  However, when the film opened the day before Thanksgiving, I thought I would make it my Thanksgiving film.

I'm happy to see that my fears weren't realized, although at first I was worried, the first few scenes were not promising.  Initially, they just seemed a catalog of Monroe stereotypes, breathy voice, the giggle, as the film progresses, it goes deeper into Monroe's psyche as Colin gets to know the real Marilyn. Michelle Williams doesn't do an impersonation of Marilyn Monroe, she is Marilyn from the tips of her platinum blonde locks to the wiggle in her walk.  Williams has said in interviews that she spent six months not just reading Monroe biographies but also studying her walk and her vocal inflections, and it paid off. However, her work clearly went deeper than that. Williams captures Marilyn's fears, her vulnerability, her neediness, vanity, foolish, and her ability to turn the character that she called 'her' on and off when necessary. Marilyn's emotions are never very far from the surface, and Williams has the ability to portray her ability to turn on a dime from sadness to happiness in the blink of an eye. The scene where she reads her husband's work and realizes that he's created an unflattering portrait of her are devastating.

This film is a coming of age story with Colin Clark, played by the dynamic Eddie Redmayne, going from a boy who is unsure about what he wants to do with his life to a man. It's lovely to see his fumbling attempts to woo Lucy, the wardrobe assistant played by Emma Watson, and to defy the low expectations of the filmmakers who see him as just a gopher initially. Some of the best scenes in the film are when he goes above and beyond the call of duty much to the chagrin of his bosses.

Both Colin and Marilyn have to deal with expectations, for Colin it has to do with having a famous father, art historian Sir Kenneth Clark, and a famous brother, conservative politician and military historian Alan Clark.  For Marilyn, it's the expectations of the public and her fellow actors.  On the Prince and the Showgirl, she worries that she's not good enough to work with the English actors in the cast, most of whom are theatre veterans.  Dame Judi Dench does superb work as usual in the small role of Dame Sybil Thorndike, who goes out of her way to make Marilyn feel welcome on the set, something that Olivier seems incapable of doing.

At first Kenneth Branagh seemed miscast as Laurence Olivier, he's shorter, blonder, doughier with no upper lip, but he manages to capture the impatience, and the narcissism of a man who has been told that he's the greatest actor in England, and feels that his poop doesn't stink. When Olivier has to eat crow later in the film, acknowledging that Marilyn has a gift for film acting that he doesn't possess, it's brilliant. Of course the film is peopled with wonderful actors in supporting roles such as Sir Derek Jacobi, Simon Russell Beale, Toby Jones, and Michael Kitchen.  Zoe Wanamaker almost steals the film as Paula Strasberg.  One longs for someone to make a film out of Susan Strasberg's memoir about what it was like to have her parents virtually adopt Marilyn, neglecting the needs of their own children. Only Dominic Cooper is miscast as Milton Greene, Marilyn's former lover and business partner.  He's too young for the role and lacks the gravitas for the part.  Unfortunately Dougray Scott is given very little too do as Arthur Miller.

While the film is not quite as emotionally satisfying as The King's Speech, it does evoke nostalgia for a time and a world that no longer exists.  The film rests squarely on the more than adequate shoulders of Michelle Williams and Eddie Redmayne.  It was a more than pleasant way to spend my Thanksgiving.

My verdict:  Two thumbs up!

Friday, November 25, 2011

PHILADELPHIE : VILLE DE PRÉDILECTION POUR LES ANTI-HABS !

Lorsque les CHaudrons de la métropauvre moronréalaise jouent à Philadelphie, c'est toujours un délice pour les Anti-Habs. Pourquoi ? Parce que, comme nous, les partisans des Flyers détestent le CanaCHien, et ses fefans, qui osent se rendre dans la ville de l'amour fraternel pour encourager leur club de deux de pique et faire rire d'eux. Le couillon à P.K. Subban a toujours droit à un concert de huées de la part des fidèles fans de l'"Orange Crush". Et, immanquablement, les spectateurs qui assistent au match en profitent pour reprendre dérisoirement le chant ridicule des fefans (le "olé, olé, olé, olé" ou le "ohé, ohé, ohé, ohé"...ce n'est pas clair) quand les carottes sont cuites pour les CHieux. En cette semaine chargée pour la CHnoutte, et avec en perspective un rendez-vous effrayant demain contre Sidney Crosby et les Penguins, les troupiers de Dumbo Martin désiraient sans doute essayer d'endormir les Flyers pour ne pas que ceux-ci les maganent trop. D'autant plus que la partie débutait à 15 heures, une heure où les joueurs ont l'habitude de faire un p'tit somme pour refaire leur réserve d'énergie en vue des matchs qui ont lieu ordinairement en soirée. Oh... les Flyers ont été relativement tranquille en première période, mais la tactique du "lit tricolore" ou de la prise du sommeil "à la Canadienne" a échoué à partir du second engagement. En l'espace de 6 minutes et 48 secondes, Claude Giroux et ses coéquipiers enfilaient trois buts sans réplique, ne faisant ainsi qu'une bouchée des Canailliens.




Ayant développé une forte rivalité avec le torCHon en les éliminant à quelques reprises en séries Stanley au cours des dernières années, les Flyers connaissent bien la stratégie de leurs ennemis et ils évitent ainsi de tomber dans le panneau de l'endormitoire. Trop éveillée et exigeante, leur foule partisane ne les laisserait pas succomber au piège CHicolore, de toutes façons. Histoire de leur enlever toute idée de se battre et d'espérer voler une victoire, les Flyers reçoivent toujours les peureux de la CHarogne à coups de bâton, de coude, de genou, agrémentés ici et là par le classique coup de la "corde à linge". Habituellement, les CHieux ne demandent pas leur change ou leur reste et ils abdiquent assez rapidement. En l'absence de blessés d'importance (Pronger, van Riemsdyk, Jagr), Giroux a pris les choses en mains. Et quelles mains ! Aucun des porte-couleurs de la flanelle fripée (les Habs ont encore une fois "impressionné" en ratant le filet à pas moins de dix-sept reprises dans cette rencontre) n'aurait pu enfiler l'aiguille comme il l'a fait sur ses deux buts marqués d'angles restreints contre un Scary Price médusé. Littéralement abandonné pendant tout le match par sa gang de coéquipiers lâches, Scary n'avait pas le coeur à rire à la fin du deuxième vingt, après avoir été bombardé par les Flyers. Frustré et donnant encore une autre preuve de son manque de maturité, il a donné un violent coup de bâton sur la rampe avant de filer vers le vestiaire pour calmer cette autre crise de bipolarité.



Le plus inquiétant pour la CHiasse c'est que son anémique jeu de puissance a recommencé à ressembler à un pétard mouillé comme ce fut le cas dans leur séquence de matchs désastreux, en début de calendrier. Le pourcentage de réussite du CH en supériorité numérique a chuté à un maigre 13,3 %, bon (on devrait dire "mauvais") pour le 26e rang de la LNH. Autre statistique intéressante qui démontre que les Flyers voulaient plus la rondelle que leurs piètres adversaires : ils ont enlevé la noire aux CHieux pas moins de quatorze fois (contre cinq fois seulement pour le CHiendent). Tant qu'à faire, la bande à Molson aurait dû poster les deux points aux Flyers au lieu de se rendre en Pennsylvanie pour être des objets de moquerie de la part des gens de Philadelphie. Il n'y a pas longtemps, à le voir remplir les filets adverses, les fefans se prenaient à rêver à un trophée Hart pour Max "le boutonneux" Pacioretty. Mais le nouveau "rocket Richard" ne carbure plus très fort. Il y a de l'eau dans le gaz. La grande échalotte portant le numéro 67 ne produit plus que des flatulences depuis plusieurs matchs... Et le chat a mangé la langue des fefans à ce sujet...

Thursday, November 24, 2011

LES CANADINDES DE MOURIAL "GRACIÉES" PAR LES HURRICANES !


Contrairement à cette dinde que le président Obama a graciée hier, à l'occasion de la fête de l'Action de Grâce américaine, les CanaDindes de MortYial étaient conscientes de la chance exceptionnelle qu'elles ont eu de quitter le domicile des Hurricanes de la Caroline avec la vie sauve et une victoire (4-3 en tirs de barrage). En effet, dans leurs commentaires d'après match, le mot "CHanceux" revenait souvent sur les lèvres de plusieurs CHieux, y compris sur celles de leur entraîneur Jacques "oreilles jumbo" Martin. En fait, s'il faut trouver une similitude entre la CHiasse et la dinde (qui a des airs de Pacioretty, vous trouvez pas ?!) sauvée de la mort par le président des USA, mentionnons que les deux ont quitté les lieux discrètement, comme des voleurs... On sait que le Cacanadien ne réussit à garder la tête hors de l'eau qu'en vertu de son système défensif qui emprisonne souvent ses adversaires dans un carcan. Or, lorsqu'il connaît des ratés en essayant d'installer cette fameuse trappe; lorsque le jeu devient plus ouvert et qu'avec son attaque anémique il tente de rivaliser avec le club opposé, le torCHon gagne très rarement. Le talent collectif très réduit du CHicolore l'empêche de se distinguer dans un festival offensif où les chances de marquer sont nombreuses. Et quand Scary Price gaffe, comme en début de match hier, ou/et qu'il est mal supporté pas sa brigade défensive, le pire peut arriver pour la CHarogne. Ce qui aurait d'ailleurs dû se produire en Caroline en cette veille du Thanksgiving. Après l'avoir échappé belle, les nombreux yankees, qui composent presque le tiers de la formation des Americans of MountReal, avaient de quoi être reconnaissants. Ils pouvaient remercier le ciel ou leur bonne étoile. Ils devaient avoir le coeur à la fête, après s'en être sortis à si bon compte...



Les protégés de Dumbo Martin ont eu le meilleur au pointage dans ce véritable concert des poteaux frappés. Ding Dang Dong ! On se serait cru la veille de Noël tellement on entendait carillonner les tiges de métal des buts derrière les deux gardiens qui s'affrontaient. Les Canes ont eu l'opportunité de liquider la CHiotte alors qu'ils menaient 2-0 et qu'ils bénéficiaient d'un jeu de puissance en deuxième période. Au lieu d'achever les CHaudrons, ils les ont laissés bourdonner dans leur territoire jusqu'à ce que le prolifique Lars Eller s'empare d'un retour de lancer pour marquer un but. Quand vous laissez un nul comme Eller marquer, vous êtes dans le trouble. Le momentum a alors changé de camp et les Canailliens sont parvenus à égaliser le pointage. Ce qui fait une grande différence chez les Hurricanes cette année, c'est le jeu atroce de leur capitaine Eric Staal. Après avoir blesser gravement (commotion) son frère Marc en le plaquant rudement en début de campagne dans un match contre les Rangers de New York, le leader des Canes n'a jamais plus été le même. Impuissant en attaque et terriblement mauvais en défensive. Il contribue plus aux défaites de son club qu'à leurs peu nombreuses victoires. L'absence de son ex-complice Erik Cole, qui joue maintenant pour les Canadindes, n'a pas aidé non plus. Lorsqu'il est dans sa forme habituelle, Eric Staal ne manque pas son coup comme il l'a fait en touchant le poteau en prolongation. Le vrai Eric Staal l'aurait mise dedans, normalement... En tir de barrage, Price n'a pas été plus brillant que d'habitude. Un lancer a touché la partie supérieure du manche de son bâton, un autre a rebondi sur le poteau (photo), et il a bloqué le 3e alors qu'il était rendu dans le fond de sa cage... CHanceux dites-vous ?! Gionta (- 3) a été le seul marqueur en fusillade. Il faut mentionner que le diminutif capitaine format de poche des Habitants avait de quoi se faire pardonner, ayant été sur la patinoire pour les trois buts des Canes...



Oui, comme la dinde qui a filé en douce de la Maison Blanche (photo), le Cacad'CHien a dû se faufiler délicatement en dehors du RBC Center de Raleigh, après sa victoire merdeuse, hier soir. Mike Cammalleri, un des buteurs des CHaudrons dans ce match, a continuellement recours à cette tactique qui consiste à se faufiler hypocritement dans les zones peu achalandées de la patinoire, pendant que les autres regardent ailleurs. À chaque saison, Cammy est un des joueurs de la LNH qui effectue le moins de mises en échec. Un habitué du Centre BéBell racontait l'autre jour que le 13 des Habs met toute son attention à éviter tout contact physique avec ses adversaires. C'est presque comique tellement c'est flagrant, du haut des gradins ! Je n'ai pas de difficulté à le croire. Cammalleri : un vrai de vrai CHieux, dans toute la force de l'expression ! Pas fort pour contrer les joueurs ennemis quand ceux-ci contre-attaquent... Si les Hurricanes n'ont pas su accepter le cadeau de la victoire que lui offrait le CHicolore sur un plateau d'argent, il devrait en être autrement du côté des Flyers de Philadelphie demain, si la bande à Gionta joue de la même façon. Dans cet affrontement, ça serait le fun si les CHieux se faisaient sonner comme les poteaux des buts hier à Raleigh... En terminant, le président de la Nordiques Nation, Jérome Landry, de CHOI-FM, a l'intention d'organiser un gros party dans deux ans pour célébrer les 20 ans sans Coupe Stanley des Cannes à CHien de Moronréal. Inutile de dire que je vais fêter ça en grand moi aussi, avec la gang de Québec ! À bas le Caca !

Wednesday, November 23, 2011

The Mysterious Disappearance of Aimee Semple McPherson

Sex scandals involving men of the cloth are not new (see Jimmy Swaggart. Jim Bakker, etc.); as far back as 1874 Henry Ward Beecher’s former assistant Theodore Tilton sued the preacher for ‘criminal intimacy’ with his wife Elizabeth Tilton. But a scandal involving a female evangelist was something new entirely. Aimee Semple McPherson was no ordinary female evangelist; she was also a media celebrity, one of the first evangelists to combine religion and popular entertainment in America. In the 1920's, Aimee was more famous than movie stars, such as Douglas Fairbanks and Mary Pickford.  Her radio show sometimes reached as far as Australia. Over more than 30 years, Aimee Semple McPherson touched the lives of millions across the country.
Born in Canada in 1890, Aimee was exposed to religion at an early age. According to biographer Daniel Mark Epstein, Aimee was consecrated to God at her birth, by her mother Mimi, who was a soldier in the Salvation Army. Strong-willed and inquisitive by nature, Aimee suffered a spiritual crisis in her teens; trying to reconcile the theory of evolution she was taught in school with the teaching of Genesis in the Bible. Attending a revival meeting one day, she met her first husband, a charismatic Irishman named Robert Semple who was a guest preacher. Aimee found her calling and a husband at the same time. They soon married, partners in the Pentecostal faith, intent on spreading the word, but their happiness was short-lived. Robert died of dysentery and malaria four months after the couple arrived in China to do missionary work. Aimee was eight months pregnant with their daughter Roberta, penniless and alone. She managed to make her way back to New York, where her mother arranged a job for her working for the Salvation Army. It was there that she met her second husband, a restaurant accountant by the name of Harold McPherson.

Aimee tried to settle down as an ordinary housewife in Rhode Island, giving birth to a second child, a son named Rolf but she began suffering from depression and various ailments. In the hospital, she heard a voice saying “Now will you go? Now will you go?” Aimee decided to return to her ministry, buying 2 white servant uniforms, which became her signature look. With no savings, no church backing, and no guarantees, she set off to make a name for herself as a female preacher. From that point on, she would be known simply as “Sister.”

Over the next seven years, Aimee would criss-cross the country six times. She didn’t just talk of the gospel but of her own experiences as a wife and a mother. She turned the usual gospel of hell-fire and damnation into a gospel of love. But the constant touring took a toll on her marriage, and her husband eventually filed for divorce. After touring around the country for several years, Aimee decided to settle down in Los Angeles. Although she preached a conservative gospel, against evolution and for temperance, Aimee used modern technology, radio, movies and magazines, to get her message across. Her revival meetings were more like stage shows, dramatizing scenes from the Bible, with a full orchestra. In Los Angeles, she founded the Church of the Foursquare Gospel, building the huge Angelus Temple, which seated 5,300 people. Aimee was also one of the first women to preach a radio sermon, and she racially integrated her tent meetings and church services. By 1926, she was one of the most influential and charismatic women of her time.

On April 24, 1926, evangelist Aimee Semple McPherson returned from a three month trip to Europe and the Holy Land. She returned home to a life of loneliness, overwork, bickering with her mother, and the pressures of fame. “At the end of each day,” she wrote, “…dear people would go to their homes arm in arm, while I would sit in silence.” Aimee had almost immediately plunged back into her crusade against evolution. If that wasn’t enough on her plate, she’d also stuck her nose into local politics, campaigning to keep Venice Beach’s blue laws on the books, which prohibited things like dancing on Sundays. Her actions just added to her list of enemies which already included fellow evangelist Robert P. Schuler who felt that she was a poacher, raiding other church’s congregations. He also believed that she was more of a personality than a preacher, McPhersonism rather than Christianity.

Almost five weeks later, on May 18, 1926, Aimee went with her secretary to Ocean Park Beach north of Venice Beach for a swim. She often went to the beach to work on her sermons. That day she ate waffles with her secretary, wrote for a little while, and then went for a swim. After an hour, her secretary grew alarmed that she hadn’t returned. McPherson was scheduled to hold a service that day; her mother Minnie Kennedy preached the sermon instead, concluding with the words, "Sister is with Jesus," sending parishioners into a tearful frenzy. Thousands flocked to Venice Beach to watch the hunt for Aimee’s body as parishioners held day and night seaside vigils. Merchants did a big business selling photos of the evangelist. The hunt hurt the bootleggers business since they couldn’t bring in the booze without drawing attention to themselves. One parishioner drowned while searching for the body and a diver died of exposure. McPherson's mother received a ransom note (signed by "The Avengers") which demanded a half million dollars, or else the kidnappers would sell McPherson into "white slavery". She later claimed that she’d tossed the letter away, believing her daughter was already dead.

Aimee’s disappearance was a boon to the local newspapers circulation, The Los Angeles Times and William Randolph Hearst's Los Angeles Examiner competed to see who could get the latest scoop. Daily updates appeared in newspapers around the country, the story helping to attract new subscribers. The New York Times printed the same number of articles that they had on the Scopes Monkey trial one year earlier. Americans eagerly followed each new tidbit in the story. The Los Angeles Times chartered a plane to scan the ocean for Aimee’s body and even hired a parachutist. Other papers, lacking the resources, printed excerpts from Aimee’s autobiography. More than 50 reporters were assigned to the story. When there was no news, they simply printed rumor and innuendo.

On June 23, just when everyone assumed she was knocking on heaven’s door, Aimee knocked on the door of a cottage in Agua Prieta, Sonora, a Mexican town across the border from Douglas, Arizona. She claimed she had been kidnapped, drugged, tortured, and held for ransom in a shack by a man and a woman, "Steve" and "Mexicali Rose". She had managed to escape from her captors,  walking 13 hours through the desert to freedom. She was quickly taken to a hospital. On the surface, the story seemed plausible; the FBI had been investigating a number of kidnapping rings in Southern California, but things didn’t seem to add up. Aimee's shoes showed no signs of a long desert trek, nor did they have grass stains on them. Aimee had also been wearing a bathing suit when she disappeared, but turned up in a dress, wearing a wristwatch that she hadn’t worn to the beach. Although she claimed that had been tortured and drugged, she seemed in surprisingly good health for someone who been through an ordeal nor was there any evidence of sunburn or dehydration.
A crowd of at least 50,000 people gathered to welcome her home after her ordeal, which was the largest crowd that had ever gathered to greet anyone arriving in Los Angeles—including sports figures, presidents, politicians or movie stars. The Los Angeles police department assigned a special guard to protect her and the Fire Department turned up in their parade uniforms.  Aimee stood surrounded by 7 young women dressed in white as rose petals were tossed from planes overhead. Gossip columnist Louella Parsons covered the event for Hearst’s Los Angeles Examiner.

Within days, many were calling for a full investigation into Aimee’s “kidnapping.” The Los Angeles Examiner offered $10,000 for information about the kidnappers and $1,000 if anyone could locate the shack where Aimee was allegedly kept. However, the police seemed to have no interest in trying to find the kidnappers. Instead they focused on investigating Aimee’s personal life. They focused in particular on Kenneth Ormiston, the married engineer of the radio station she owned, who mysteriously disappeared around the same time. People quickly put two and two together and came up with the idea that the two were having an affair. Others, however, believed that the story was just one big publicity stunt.
A grand jury convened on July 8, 1926, but adjourned 12 days later citing lack of evidence to proceed. Witnesses came forward claiming to have seen Aimee at a seaside cottage in Carmel-by-the-Sea, the cottage rented by Kenneth Ormiston under an assumed name. Ormiston admitted he had rented the cottage but claimed that the woman --known in the press as Mrs. X--was not Aimee but another woman with whom he was having an affair. When the grand jury reconvened on August 3, it heard further testimony along with documents from hotels, all said to be in Aimee's handwriting.

Aimee never wavered from her story, that she was approached by a young couple at the beach who had asked her to come over and pray for their sick child, and that she was then shoved into a car and drugged with chloroform. When she was not forthcoming with answers regarding her relationship with Ormiston, the judge charged Aimee and her mother with obstruction of justice. She showed up in court every day with seven female attendants who were dressed like her in a white uniform with a navy cape. Not content to leave her fate solely in God’s hands, Aimee hired three of the most powerful lawyers in Los Angeles. To combat the bad newspaper publicity, Aimee spoke freely about the court trials on the air from her radio station. She likened herself to Joan of Arc, claiming that the forces of evil were trying to sacrifice a woman preacher. Just like in the 15th century, men were threatened by a powerful woman who challenged the status quo.

The prosecution of Aimee generated support for her among local flappers who attended the trial in support, they regarded her as a modern woman similar to themselves, and whose prosecution they believed was motivated by issues of gender. Newspaperman and cynic H.L. Mencken, previously a vocal critic of McPherson's,  came away from the trial impressed with Aimee and disdainful of the prosecution. He concluded that that if you want to discredit somebody’s political agenda, then you go after their private life (now a fact of life for politicians) but still somewhat new at the time. Aimee had been very vocal about getting the teaching of evolution out of California schools and Bibles into every classroom. The same civic leaders, who had had once embraced her, now saw her as an embarrassment. In the end, the district attorney had no clear evidence that she and her mother had obstructed justice, and the charges were dropped. However, the damage to Aimee’s reputation was done.

To this day no one knows what really happened to Aimee Semple McPherson. Biographer Matthew Avery Sutton concedes that Aimee may have simply wanted to disappear for a break, or for good, not realizing the uproar that would be created by her disappearance. Others believed that Aimee would have risked everything that she had worked so hard for just to throw it away on a sexual affair or a publicity stunt. Theories and innuendo abounded: that she had run off with a lover, she had gone off to have an abortion, she was taking time to heal from plastic surgery, or she had staged a publicity stunt. Nevertheless, her disappearance produced a turmoil that convulsed Los Angeles, and enthralled millions of spectators who watched the unfolding drama in the press and on radio.

Aimee struggled for several years after the kidnapping, trying to re-establish her public image. She lost weight, and bobbed her hair, appeared in a Broadway show about her life, which was less than successful since she refused to talk about the kidnapping. There were dozens of lawsuits, and she even became estranged for a time from her mother and daughter. She eloped with a singer named Dave Hutton, who had appeared in one of her productions, outraging some of her parishioners who believed that divorcees should never remarry (the couple later divorced). As the country entered the Depression, Aimee began preaching to the poor and disenfranchised, particularly the African-American and Mexican communities in Los Angeles. Finally, she returned to her Pentecostal roots, publicly speaking in tongues, preaching that the country needed not just an economic revival but a spiritual one as well. In 1944, she arrived in Oakland to preach. One night before she went to bed, she took some barbiturates to help her sleep. She never woke up. Her son found her unconscious on the floor of her room. Although the official coroner’s report stated that her death was an accident, it was initially reported as a suicide.

More than 50 years later, the story of her disappearance still continues to fascinate novelists such as Sinclair Lewis and Nathaniel West, songwriters, and filmmakers. It is one of the great unsolved mysteries in American history.

Sources:

Epstein, Daniel Mark. Sister Aimee: The Life of Aimee Semple McPherson. New York: Harcourt, Brace & Company, 1993.
Sutton, Matthew A. Aimee Semple McPherson and the Resurrection of Christian America. Cambridge, Massachusetts: Harvard University Press, 2007

Tuesday, November 22, 2011

LE TRICOLORE BLANCHI 1-0 PAR THOMAS ET LES BRUINS ET...ENFIN UNE BAGARRE DANS UN MATCH DU CH À DOMICILE !

Un peu trop facile pour les fefans, et les scribouilleurs à la solde de la CHiasse, de se contenter de dire que Tim Thomas, le gardien des Bruins, a volé le match au Cacanadien hier soir au Centre JingleBell. Certes, le gagnant du dernier Conn Smythe, le printemps passé, était en grande forme. Lorsqu'il couvre bien ses angles, qu'il bouche le bas de son filet à la perfection (c'est suffisant contre les CHieux puisqu'avec leurs mains pleines de pouces ils sont incapables de soulever la rondelle dans les coins supérieurs du but), qu'il ne donne pas de retours de lancers et qu'il gèle souvent la rondelle, il est très difficile à déjouer et à vaincre. Mais ses coéquipiers, à l'exception de la poule pas de tête à Pouliot (un ex-CHieux), ont également mis la main à la pâte pour l'aider à blanchir les CHaudrons 1-0. J'ai vu beaucoup de 2e et de 3e efforts de la part des Bostonnais. Des gars qui se sont sacrifiés en plongeant pour bloquer des tirs ou des passes. Qui se sont donnés aux maximum pour dégager leur zone in extremis, en allongeant les bras ou en se lançant la tête la première pour rejoindre le disque ou un adversaire menaçant. Un gars comme Chara, harponnant la rondelle pour corriger un revirement aux mains de Cammalleri qui s'en allait seul au but. Des gars déterminés à ne pas perdre une troisième fois d'affilée contre le torCHon. Des gars fiers et solidaires. Des CHAMPIONS ! Qui ont gagné un neuvième match de suite et qui sont maintenant au premier rang de leur division (avec le Caca dans la cave, bien à leur place, bien entendu !). Les fefans qui se réjouissaient des déboires des "B's", en début de saison, doivent maintenant se mordre les lèvres et les doigts ! Eux qui ont vu leurs vauriens perdre encore au Centre PouBell, là où le CHicolore montre une fiche peu reluisante de quatre victoires en douze parties, cette saison... Pas forts... Qu'est-ce que les fefans feraient si, par miracle, leurs canards boiteux alignaient neuf victoires consécutives comme les Bruins viennent de le faire ? Ça sentirait la Coupe à plein nez ! La SAQ battrait des records de vente (ou de vol, c'est selon...). Ils doivent oublier ce rêve insensé... Et faire comme les Blue Jackets de Columbus : se contenter de séries de...deux gains en ligne...



Ahhh... Il y a bien le "floater" à Benoit Pouliot qui a tenté de se faire pardonner ses vieux péchés par les fefans en écopant de six minutes de pénalité, dont une double-mineure pour avoir atteint Pété Subban au visage avec son bâton. Évidemment, pour mettre les choses au pire et appâter les arbitres, Pitié Subban a fait gicler le sang de ses grosses babines en les mordant et en les pressant comme un citron. À défaut d'être autre chose qu'un guichet automatique à erreurs et à revirements, Piqué des vers Subban devient de plus en plus un excellent acteur. Mais hier, les Cannes à CHiens auraient eu beau passer tout le match en avantage numérique : le résultat de la joute n'aurait pas changé. Avec des francs tireurs comme Lars Eller (un but), Darche (un but), Desharnais (trois buts), Diaz (un but), Subban (un but), Gomez (zéro but) et même le supposé compteur de 40 buts Mike Cammalleri (un but à ses dix dernières parties), il ne faut pas s'attendre à ce que les Habitants remplissent le filet de leurs adversaires. Mais, de toutes façons, les fefans ne jurent plus que par Erik Cole. Un peu pas mal avec raison puisqu'il est le seul joueur de la CHiasse qui a assez de couilles pour couper au filet lorsqu'il transporte la rondelle en direction du but ennemi. Mais, à peu près au milieu du match, après avoir reçu un coup d'épaule à l'entrée du territoire des Bruins, Cole a été ébranlé et il a pris le chemin du banc de son équipe. Ce qui nous a rappelé qu'il traîne un lourd bilan médical depuis les débuts de sa carrière en Caroline... Bientôt un futur client pour l'infirmerie déjà passablement occupée du côté des CHieux ? Autant ils adorent leur nouveau héros, autant les fefans ne veulent plus voir Scott Gomez. Pourtant ils ne devraient pas fustiger le numéro 11 de leurs Glorieux. Il était aussi pourri quand il jouait à New York et que le DG des Rangers, Glen Sather, cherchait à s'en débarrasser par tous les moyens. Non, ce n'est pas la faute du "gomer". Il affiche un large sourire et la providence est généreuse pour lui. Celui qui est à blâmer ce n'est pas non plus l'entraîneur Jacques "oreilles en portes de grange" Martin qui l'envoie sur la patinoire trop souvent au goût des fefans. Le vrai coupable c'est Bob Gainey, le seul DG (sur les 30 de la NHL) qui a osé réclamer Gomez et son faramineux contrat dans un échange qui est devenu un fiasco (un autre de plus !) pour la Sainte Guenille...



Le clou de la soirée poche des Canailliens hier soir, a été la bagarre qui a éclaté dans les rouges du Centre BéBell, dans la dernière minute de la rencontre. Enfin une bataille ! Mais pas sur la patinoire... Semble-t-il que les gens dans la foule regardaient ça et ne suivaient même plus l'action (?) sur la glace, même si le Caca avait retiré son gardien et attaquait (?) à six joueurs contre quatre (Peverley était en punition pour les Bruins)... On peut voir la grande classe des partisans du CH sur la vidéo ci-dessous. Un passage à tabac d'un spectateur (fan des Bruins ?) couché au sol et que trois ou quatre braves citoyens moronréalaids bûchent à coups de pieds ou de poings sous les encouragements de la foule. Édifiant ! On peut aussi apercevoir Mario Dumont qui se sauve de ce carnage, ayant sans doute peur d'être pris au milieu d'une autre émeute de fefans ! Émeute qui se produira un jour ou l'autre, j'en suis convaincu ! Pour mercredi en Caroline, souhaitons que les Hurricanes se feront pardonner leur contre-performance ignoble de la semaine dernière à Mourial. Ils viennent de battre les Flyers. Pourquoi pas humilier le torCHon ?!

Sunday, November 20, 2011

LES JOUEURS DU CLUB VISITEUR ENCORE INVISIBLES AU CENTRE POUBELL...


J'aurais demandé un remboursement du prix de mes billets si j'avais assisté aux deux derniers matchs locaux des Cannes à CHiens au Centre PouBell. J'aurais éprouvé le même sentiment de frustration que le spectateur qui paye une forte somme pour voir un combat de boxe et qui n'en a pas pour son argent puisqu'un des deux belligérants refuse de se battre. Il se contente de se protéger le mieux possible des coups de son adversaire sans répliquer pour la peine. Oui, pour créer un intérêt minimal dans un match de hockey, ça prend au moins deux adversaires. S'il y en a un qui ne se présente pas ou qui joue les hommes invisibles, c'est un peu comme si vous assistiez à une pratique. Après les Hurricanes de la Caroline, plus tôt cette semaine, ce fut au tour des Rangers de New York de se déguiser en courants d'air au cours de leur escale de "touristes" à Moronréal. Après 48 minutes de jeu, les "vacanciers" du Big Apple n'avaient que dix maigres lancers au but. Ils n'avaient pas souvent la rondelle et ils refusaient de batailler pour s'en emparer ou la garder. Ils semblaient patiner dans la mélasse. Amorphes, sans vie, les Blue Shirts ne voulaient décidément pas payer le prix pour de se libérer du carcan défensif des CHieux. Invisibles, les super vedettes Gaborik et Richards se sont laissés entraîner dans le courant d'indifférence qui a coulé rapidement le bateau des Rangers face un club miné par l'absence de plusieurs éléments. Bref, les New Yorkais n'ont pas fait leur part pour qu'on ait droit à un affrontement digne de ce nom. Leur gardien Martin Biron a mal paru sur une couple de buts, mais que les Rangers aient perdu 2-0 au lieu de 4-0 n'aurait pas changé grand chose. Ils ont encaissé une cinquième défaite consécutive dans la caverne d'Ali Molson et ses quarante voleurs.

Récemment, je crois que c'est Joe Thornton, des Sharks de San Jose, qui qualifiait les Rangers de club de molassons. Le gros joueur de centre, qui a aussi porté les couleurs des Bruins de Boston, ne s'est sûrement pas fait d'amis à New York, mais sa déclaration n'est pas fausse. Avec des équipes souvent impressionnantes sur papier, garnies de gros noms surpayés, les Blue Shirts se sont faits une réputation de dégonflés, et de perdants accusés de ne pas livrer la marchandise. On est loin de la glorieuse époque du milieu des années '90 où les coéquipiers de Mark Messier étaient prêts à saigner du nez et à défoncer des murs pour suivre leur capitaine à la guerre. Cette détermination et ce courage leur avaient d'ailleurs valu une Coupe Stanley... Tout un meneur d'hommes, tout un leader légendaire que ce Messier. Il ne s'en fait plus comme lui. À côté de cette force de la nature, le p'tit capitaine du torCHon, Brian Gionta, fait figure d'avorton ou de larve infecte...



Que se passe-t-il pour que Scary Price n'ait qu'à se mettre sur le "cruise control" pour enregistrer deux blanchissages coup sur coup au Centre BêêêBell ? L'organisation du Caca envoie-t-elle de l'air chloroformé dans le vestiaire des visiteurs pour les endormir durant la partie ? Après le Sandgate d'il y a quelques années (sable répandu sur le chemin de la chambre des joueurs des Flyers pour briser leurs patins, durant les séries éliminatoires) ça ne serait même pas surprenant ! Jamais je ne croirai que les Bruins de Boston vont se laisser endormir de cette façon demain soir. Ils ont déjà deux défaites à se faire pardonner contre la CHiasse cette saison. Bien entendu, les fefans vont estimer que leurs favoris ont joué deux matchs parfaits à la maison, la semaine passée. Ça serait bien que les champions de la Coupe Stanley les ramènent sur terre et...sur le cul !

Thursday, November 17, 2011

LES CANES SE LAISSENT LESSIVER 4-0 PAR LE CH : PRICE EN CHAISE BERÇANTE ET UN TOUR DU CHAPEAU POUR P.K....



Un mot sur le blanchissage de 4-0 subit par les Hurricanes de la Caroline contre les CHieux hier soir.  Les Canes auraient probablement perdu contre un club junior tellement ils jouent mal ces temps-ci (3-8-2 à leurs 13 derniers matchs).  Comme ce fut le cas pour leurs deux victoires contre les Bruins, plus tôt cette saison, la CHiasse profite des léthargies des autres clubs pour amasser quelques victoires.  Scary Price aurait pu garder les buts assis dans une chaise berçante.  Notons quand même le tour du chapeau de Pédé Subban : un but, une connerie (pour célébrer son but) et un plongeon (diving) pour faire prendre une pénalité à un joueur adverse.  Comme le prouve la photo ci-dessus, Piquet Subban a appris à la bonne école, celle du capitaine Crochet Hal Gill.  On le voit accrocher Skinner tout en vérifiant si les officiels regardent en sa direction.  Quel hypocrite !  À l'image de son employeur, le Cacanaillien de Mourial...

Wednesday, November 16, 2011

Scandalous Women around the Blogosphere

Just a quick round up of some links relating to various Scandalous Women.

Historian Tracy Borman, whose new book Matilda: Queen of the Conqueror, was published by Jonathan Cape on 1 September, has a great podcast over at BBC History Magazine about Matilda. Borman is one of the History Chicks, along with Alison Weir, Kate Williams, and Sarah Gristwood, who lecture in the UK.  How I long to be included in that group!

At History Today, there is a great article about Louis XV's mistress Madame de Pompadour, entitled Madame de Pompadour: The Other Cheek, detailing some of the obscene and irreverent 18th-century drawings targetting the royal mistress.  Thanks to Kathrynn Dennis of The History Hoydens for finding the article.  I would love to read a historical fiction novel from the POV of Madame de Pompadour.

Robert K. Massie, whose new biography of Catherine the Great, just came out this month has an interesting article over at The Wall Street Journal entitled: Catherine the Great's Lessons for Despots.

Speaking of women in power, TIME magazine had a nice cover story on Secretary of State Hillary Clinton.

Was Jane Austen murdered? That's what crime novelist Lindsay Ashford wants to know.

Another fascinating article on the Bronte Sisters.  Why has no one filmed a miniseries or a film about the sisters? I had heard rumors that Michelle Williams was involved in a project but there's nothing on Internet Movie Database.  I, personally, think that James McAvoy would make an interesting Branwell Bronte, and I would definitely cast Cary Mulligan as either Charlotte or Anne. Given the interest in remaking Jane Eyre and Wuthering Heights ad nauseum, you would think a film about the sisters would be a slam dunk.

Tuesday, November 15, 2011

Scandalous Women on Film: Iron Lady Trailer


I can't tell you how excited I am to see this movie. Meryl Streep as Margaret Thatcher? How could this movie go wrong.  Have a look at the brand new trailer of upcoming biopic movie ‘The Iron Lady’ based on Margaret Thatcher, the UK first female Prime Minister. The film focuseson Thatcher's charismatic political persona and her personal vulnerability as a woman. Meryl Streep recently shared that it took a lot out of her to don the role, but it was a privilege to play Margaret Thatcher.


The movie is directed by Phyllida Lloyd and besides Meryl Streep, the movie features Jim Broadbent, Richard E. Grant, Harry Lloyd, Roger Allam, Anthony Head and Olive Colman. The movie hits the US  on December 30, 2011 and on January 6, 2012 in the UK.  I think that it is a given that Streep will earn yet another Oscar nomination, but she has stiff competition in Glenn Close who plays a woman who disguises herself as a man in Albert Dobbs.

This is a banner fall for films about Scandalous Women.  Along with Iron Lady and Albert Dobbs, new films include Keira Knightly (who is in everything) as Sabina Spielrein in A Dangerous Method, Madonna's new film about the abdicaiton W.E., and Michelle Williams channeling Marilyn Monroe.

Which one of these films are people particularly looking forward to? I can't wait to see A Dangerous Method and W.E.

Monday, November 14, 2011

LA VÉRITÉ CHOQUE : PRICE FAIT UNE CRISE DE NERFS APRÈS AVOIR ENCORE ÉTÉ POURRI EN FUSILLADE...


La vérité choque, c'est bien connu.  Carey Price était choqué après avoir été encore pourri en fusillade contre les Sabres de Buffalo.  Ceux-ci ont profité de son incompétence en tirs de barrage pour gagner 3-2.  Lorsqu'il doit faire face à une échappée, Scary perd tous ses moyens.  Seul avec le joueur ennemi, il ne peut alors compter sur ses coéquipiers (Hal Gill, en particulier, qui est son gardien adjoint et qui se couche toujours devant le filet) pour le secourir, ennuyer ou retenir les adversaires, et bloquer les lancers à sa place.  Il ne peut compter que sur lui-même et son supposé grand talent.  On voit ce que ça donne : des buts à profusion.  Scary a aussi entrepris de se prendre pour Martin Brodeur et de faire des dégagements en se plaçant hors de son but.  Ça fait quelques fois qu'il vient bien près de donner le disque à un joueur opposé, qui n'aurait alors qu'à lancer dans un filet désert.  Ça arrivera sûrement.  Et Scary aura le même air fou que lorsqu'on le déjoue comme un enfant en fusillade.  Il n'a pas fini d'en briser des bâtons pour montrer sa frustration et son manque de talent...




L'autre pseudo-vedettes du torCHon, "Pis qu'yé pas tanné de manquer le but" Subban, a encore été un artisan de la défaite des siens avec un beau revirement qui a conduit au but égalisateur de Derek Roy.  Picouille a décoché pas moins de sept tirs au but.  Un seul a atteint le gardien.  Aussitôt que les Sabres ont commencé à frapper les CHieux, le vent a changé de bord.  En troisième période, lorsqu'ils ont mis de la pression sur la brigade défensive inexpérimentée de la CHiasse, ils ont pris le contrôle de la partie.  C'eut été enrageant si la punition à Vanek en prolongation, après que les fefans aient influencé le jugement des arbitres en criant après eux, avait donné la victoire aux CHaudrons.  Avec le trois pommes à Spacek encore blessé à une épaule, le Caca aura une défensive en lambeaux, avec plein de composantes branlantes importées de Hamilton ou du niveau de la Ligue Américaine (Webber, Emelin, Diaz, et autres sous-fifres).  On s'excite beaucoup en prévoyant le retour de Markov pour bientôt.  Avant que cet infirme retrouve son synchronisme, il aura le temps de se blesser à nouveau...




Poches au max, faibles en attaque, les Cannes à CHiens sont condamnés à jouer des matchs dont le pointage est toujours serré.  Ce qui signifie beaucoup de prolongation et de fusillades.  Avec un Price incapable d'arrêter un ballon de plage en pareilles situations, on risque de le voir frapper souvent des courants d'air dans ses tentatives pour bloquer des tirs quand il est seul à seul avec les tireurs ennemis.  Le pauvre Scary s'est encore fait rentrer dedans pas les joueurs adverses au cours de cet affrontement.  Une bonne fois, sa crise bipolaire il l'a fera contre un de ces "missiles" lancés contre lui.  Frappant un adversaire à la tête avec son gant ou son bâton, il sera alors suspendu pour plusieurs matchs.  Qu'est-ce qu'on va se marrer ! 

Sunday, November 13, 2011

VICTOIRE ACCIDENTELLE DU CACANADIEN GRÂCE À UN PETIT BOUT DE PATIN D'UN SCHTROUMF...


On ne les voit pas souvent. Heureusement. On pourrait d'ailleurs s'en passer. Leur jeu collectif ressemble comme deux gouttes d'eau à celui pratiqué par les CHieux de Mourial. C'est d'un ennui mortel. De l'anti-hockey d'automates. Du "dump and chase" semblable à un chien qui court après sa queue. Les seules fois qu'on les remarque vraiment, c'est lorsqu'ils enfilent leurs uniformes jaune moutarde. Hier, ils jouaient un millième match dans ce style de régime spartiate. Pas de quoi se sustenter quand on est un amateur de bon hockey. Caca et Predators : même platitude. Nulles en offensive (en plus, David Legwand, le centre no 1 des Preds ne jouait pas car il est blessé), les deux clubs ont un mal fou à tromper la vigilance des gardiens adverses. Manque de talent et d'imagination. Deux entraîneurs, Martin et Trotz, aussi ennuyants et endormants l'un que l'autre. Avec des alignements et un système éteignoir à leur image. On aurait fait un sondage avant la partie et plus de la moitié des répondants auraient prédit un score final de 2-1 pour un ou l'autre des deux opposants.



Normalement, comme l'an dernier, l'excellent gardien de Nashville, Pekka Rinne, aurait dû blanchir le torCHon. Il aura fallu que le bout d'un patin du schtroumf David Desharnais (photo) fasse accidentellement pénétrer la rondelle dans le filet de Rinne pour qu'il en soit autrement. Trotz a imputé la léthargie de sa troupe au fait qu'elle était revenue jeudi matin d'Anaheim au terme d'un périple de cinq parties à l'étranger. Bof ! Moi je n'ai pas vu une grande différence avec les autres fois où je les ai vu jouer... C'est toujours le même jeu du chat et de la souris dans lequel on s'efforce d'être plus souvent le chat que la souris... Du jeu défensif à outrance... Au moins, contrairement aux Cannes à CHiens, les Predators ont quelques joueurs vedettes dignes de ce nom. Pas des vedettes d'opérette inventées ou fabriquées par des journaliCHeux comme ceux de Mourial. En Suter, Weber et Rinne, les Preds ont un trio défensif solide qui peut les maintenir à un niveau respectable à défaut d'être excitant ou spectaculaire.



Pitié Subban a encore feint une blessure pour que les arbitres sévissent contre Nashville, mais ce fut peine perdue. Chez les "zèbres", on commence à connaître ses facéties. Peu de lancers dangereux ou de chances réelles de marquer d'un bord comme de l'autre. Un autre des mille premiers matchs des Predators qui ne passera pas à l'histoire. Au moins, contrairement aux Coyotes de Phoenix, l'équipe de Trotz peut compter sur de bons partisans...qui savent se satisfaire de peu... Étant donnée leur ineptie, les vauriens de Martin sont bénis de revenir dans la métropauvre avec quatre points en poche. Mais les clubs qui leur font la lutte pour les huit premières places dans l'Est ont presque tous gagné eux aussi au cours des derniers jours. Et la moyenne de ,500 des CHieux n'est évidemment pas suffisante pour leur permettre d'obtenir un laisser-passer pour les séries éliminatoires. Qu'ils continuent d'en gagner deux ou trois pour en perdre ensuite autant, ça ne sert pas du tout leur cause même si ça excite quand même les fefans. La CHiasse c'est comme la cigale dans la fable de Lafontaine : lorsque la bise sera venue (les matchs moins faciles après la période des fêtes) elle se trouvera bien dépourvue pour avoir chanté tout l'automne sans avoir fait assez de provisions (points au classement) pour l'hiver et les temps durs...

Friday, November 11, 2011

AU LIEU DE MONTRER LES DENTS LES COYOTES ONT TROP BIEN ACCUEILLI LES CANAILLIENS À PHOENIX.


Les affrontements sportifs dépassent souvent le simple rapport de force entre les belligérants en présence. Parfois plus que le talent, l'état psychologique des joueurs d'une équipe peut influencer énormément le déroulement d'un match. Peu habitués à connaître du succès, comme c'est le cas en ce début de saison, le gardien de buts Mike Smith et ses coéquipiers des Coyotes de Phoenix ont peut-être pris pour acquis que la partie d'hier soir serait facile contre des Canailliens de Mourial, pas forts d'avance et décimés en plus par les blessures (Gomez, Markov, Cammalleri, Kostitsyn, Campoli). En l'absence de leur premier centre, Daymond Langkow, (hors de l'alignement pour cause de mortalité dans sa famille), les Coyotes n'ont pas fourni un niveau d'effort acceptable et suffisant pour bafouer les CHaudrons comme ils auraient dû le faire. Leur entraîneur Dave Tippitt a d'ailleurs souligné ce manque d'ardeur au travail pour expliquer la défaite des siens (3-2 en prolongation). Raffi Torres, l'auteur du deuxième but des Yotes, en a rajouté en faisant remarquer que son club n'a pas démontré assez d'esprit de compétition ou de combativité face à leurs opposants d'hier. De plus, a-t-il noté, l'équipe locale n'a pas dominé "physiquement" les CHieux, comme cela s'imposait face à des adversaires renommés pour être peureux, surtout après avoir pris les devants 1-0 dans la rencontre. En résumé, les Coyotes n'étaient pas assez affamés et ils ont été trop complaisants ou gentils à l'égard de leurs visiteurs. Un peu comme la charmante cowgirl Olga Kurylenko photographiée ci-dessus près du panneau routier souhaitant la bienvenue aux visiteurs en Arizona. Si ça peut vous intéressez, je viens d'écrire un article au sujet des cowgirls sur mon site BELLES À CROQUER (http://bellesacroquer.blogspot.com). Un captivant diaporama accompagne le texte. C'est à voir !



Les Coyotes ont une fiche désolante contre la CHiasse au cours de leurs treize derniers matchs (0-11-2). Ils n'ont pas gagné contre ce club poche depuis décembre 1998. Stupéfiant et inexplicable ! Si jamais les Coyotes déménageaient à Québec, faudrait que ça change ! Il faut aussi comprendre qu'hier soir, craignant le pire, comme c'est souvent le cas en pareille situation de détresse, le Caca a joué avec l'énergie du désespoir. Ce qui m'a déplu surtout du côté de Phoenix c'est leur mollesse dans leur zone. Sur le but de Gionta qui nivelait le pointage 1 à 1, le défenseur Boyd Gordon dormait. Il s'est bêtement fait subtiliser le disque derrière le filet de Smith et ce dernier n'a pas semblé plus éveillé que son coéquipier pour empêcher le capitaine de poche du CH de le déjouer sur un "wrap-around". Normalement, dans la LNH, vous ne devriez pas marquer sur ce genre de jeu. Par ailleurs, décidément, la Sainte Guenille a le bon Dieu de son bord. En première période, Tomas Plekanec ressemblait à un paraplégique, en grimaçant de douleur, en semblant paralysé et en mettant une éternité à se relever, après avoir été frappé près de la bande. En revenant au jeu au début du deuxième vingt, il semblait pourtant au sommet de sa forme ! Un miracle du Frère André ! Et Josh Gorges, qui compte un but par année, a bien choisi son moment pour toucher la cible en sur-temps ! Misère... Scary Price n'a pas eu à se surpasser pour inscrire cette victoire à sa fiche. L'offensive des Coyotes manquait d'autorité, de conviction et de mordant. On s'attend à plus de détermination de la part d'un club qui joue à la maison. Il est vrai qu'il y avait un méchant paquet de mongols, vêtus du torCHon et coiffés de la calotte du CHicolore, qui assistaient au match. Ils encourageait leurs minus en criant et en gesticulant comme des demeurés, pendant que les fans de Phoenix restaient de glace et regrettaient d'avoir profité de billets gratuits ou à rabais. Quand mettra-t-on fin à cette mascarade et à cette grosse joke que constitue l'acharnement d'implanter un club de hockey dans le désert de l'Arizona ? Le manque d'intérêt pour le hockey à Phoenix est aussi profond que le Grand Canyon... Mais qui sait ? Hier soir, les Coyotes ont peut-être été intimidés par cette bande de spectateurs CHicolores, menaçant de perdre leurs dentiers en vociférant comme des bêtes dont la queue se serait prise dans des pièges à ours...



Il faut tout de même donner à César ce qui appartient à César. Les CHieux sont les maîtres de l'auto-promotion et des faux-semblants. Après avoir encensé Lars Eller (auteur de l'impressionnant total de "un" but depuis le 8 mars 2011) qui par son jeu magnifique, digne de Wayne Gretzky, a fait oublier Halak, (le joueur pour qui il a été échangé l'an dernier), les joueurs et les membres de l'état-major de la CHarogne se sont donnés le mot pour louanger Scott Gomez, (un autre échec retentissant qui enrage les fefans depuis longtemps) cette semaine. Oui, oui, Scott Gomez, ce marqueur prolifique dont le tir foudroyant rappelle celui de Brett Hull. Gomez serait extraordinaire dans le vestiaire. Il n'arrêterait pas de dispenser ses précieux conseils, surtout auprès des plus jeunes porte-couleurs de la CHiasse. Il partagerait avec eux son secret pour gagner la Coupe Stanley (LOL). Un maître suprême ! Ni plus ni moins qu'un dieu ce Gomez. En passant, parlant de Coupe Stanley, j'ai reçu un message dans mon compte YouTube concernant mon montage audio-visuel "Tout petit, tout petit, le Cacanadien" -"small team = small results"- (que vous pouvez voir sur YouTube et sur mon site L'ANTI-HABS ILLIMITÉ). Mécontent de mon diaporama, un rappeur anglophone moronréalaid m'invitait à visionner une de ses productions, composée à la gloire de son équipe de hockey chérie. Malheureusement, les images de la vidéo en question étaient floues et de mauvaise qualité. Ça se comprend, dans son clip le gars a reproduit des images qui datent des dernières conquêtes de la Coupe par le torCHon. C'était il y a très, très, très longtemps... Tellement longtemps, que les moins de trente ans ne peuvent s'en rappeler et que les plus vieux en gardent un souvenir embrouillé... "Chante-là ta chanson", pauvre mec ! L'époque glorieuse des dynasties du CH, c'est de l'histoire ancienne ! Le temps achève où la direction du torCHon pourra inviter un Henri Richard ou un Jean Béliveau (surtout quand le club va mal) pour remettre une Coupe "Mollassone" à un joueur actuel du Caca. Bientôt, les anciens "glorieux" seront tous morts et enterrés... Ils ne pourront plus redorer l'image du Cacanadien...